Le SuperBowl : fête commerciale par excellence

Malgré une audience télévisée qui diminue, le SuperBowl de football américain reste l’événement sport business par excellence car chacune de ses parties est un show en lui-même… 

La fête du sport américain

Avant tout, le SuperBowl reste un match de football américain qui oppose les deux finalistes de la National Football League (NFL). Cette année, les Chiefs de Kansas et les 49ers de San Francisco sont aux prises dans cette rencontre au sommet. Sport spectacle qui mise sur la tactique et le physique hors normes des joueurs, le football américain profite également du phénomène de rareté. Là où la Ligue 1 de football compte 38 matches par saison, la NFL n’organise que 16 rencontres par équipe en saison régulière. Cela permet de préserver les corps des athlètes, dans un sport souvent décrié pour le caractère dangereux et les potentielles séquelles qu’il peut laisser aux pratiquants. 

Les audiences américaines restent exceptionnelles

La fête des annonceurs 

L’an dernier, l’audience TV est passée pour la première fois sous la barre des 100 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis. Paradoxalement, le prix unitaire du spot de publicité continue d’augmenter. Selon Statista, il atteignait 5.25 millions de dollars pour 30 secondes de diffusion à la mi-temps du SuperBowl 2019. 

Le coût du spot publicitaire ne cesse d’augmenter

Pourquoi cette hausse constante ? Simplement, car le SuperBowl reste une fête commerciale où les Américains dépensent abondamment. On estime à plus de 14 milliards de $ les dépenses liées à l’événement (restauration, hébergement, transports…). De plus, même si les audiences sont en berne, cela reste un des très rares moments où on recense un très grand nombre de téléspectateurs. Ils sont désormais partagés entre les différents canaux de diffusion, avec l’arrivée en puissance de la retransmission sur le web.

Les américains consomment en masse en marge de l’événement

Le show… au-delà du sport

Nombreux sont les spectateurs et téléspectateurs qui attendent la mi-temps du match. Chaque année, ils ont le droit à un double-show avant que la rencontre reprenne. D’abord, des stars planétaires transforment le terrain en véritable scène de concert avec cette année Jenifer Lopez et Shakira en têtes d’affiche.

Les annonceurs ne comptent pas leurs dépenses

Puis, la bataille des annonceurs est lancée. C’est l’heure du show publicitaire. Les marques rivalisent d’idées et d’opportunités marketing pour se démarquer. Dans une société américaine d’ultra-consommation, on attend les spots publicitaires avec impatience comme une finale des annonceurs pour voir lequel fera preuve du plus d’originalité. On a d’abord eu Apple qui marquait la mi-temps de son empreinte, puis est venu le temps des marques automobiles quand aujourd’hui ce sont plutôt les produits alimentaires (Dorito’s récemment) qui se mettent en avant. 

Cependant, des bruits de couloir laissent à penser que le mécontentement des équipes ou spectateurs pourrait se faire entendre lors de l’hymne national américain, notamment envers la politique du président Donald Trump… 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *