US Open 2108, nos pronostics : tableau masculin

Le dernier Grand Chelem de la saison démarre demain à New-York et devrait une nouvelle fois se résumer en une explication entre papys du circuit.

Après les come backs gagnants de Federer et Nadal, c’est le Djoker qui s’est rappelé à notre bon souvenir en remportant Wimbledon puis en devenant le premier joueur à remporter tous les Masters 1000 après un succès à Cincinnati contre …. Roger Federer. Le Big Three est de retour et ça commence à être franchement lassant ! C’est vraiment pénible de ne voir aucune nouvelle tête capable de se mêler à la lutte finale en majeur. Malheureusement, ça devrait encore être le cas à New-York.

  1. Le vainqueur : Rafael Nadal

Malgré la forme actuelle de Djoko, je crois que son tableau dantesque devrait avoir raison du 6ème joueur mondial. Je ne le pense pas encore capable d’enchaîner Federer, Zverev ou Cilic puis Nadal au meilleur des cinq manches pour remporter un troisième Flushing Meadows. S’il a retrouvé en grande partie ses sensations, on est encore loin du « Cosmic Tennis » et il est désormais gêné par trop de joueurs pour ménager sa monture. Son parcours dans l’Ohio, où il a lâché un set dans quatre de ses six rencontres, en témoigne. Sur le si exigeant dur new-yorkais, il risque d’être un peu court.

Du coup, c’est son rival majorquin qui pourrait tirer les marrons du feu. Pour une fois le taureau de Manacor s’est ménagé cet été en ne prenant part qu’à la seule Rogers Cup qu’il a remporté. Depuis son triomphe parisien, il n’a d’ailleurs joué qu’à Wimbledon et Toronto ! Une nouvelle philosophie qui devrait permettre au N°1 mondial d’arriver frais comme un gardon et en pleine possession de ses moyens. Avec de surcroît un tableau clément, il a tous les atouts pour conserver son titre.

  1. La surprise : Taylor Fritz

J’aurais adoré vous parlé de mon chouchou du moment, le québécois Auger-Aliassime, mais son tableau me paraît trop corsé pour le voir frapper un premier grand coup dans une carrière qui s’annonce radieuse. À 18 ans, ce n’est toutefois que partie remise. Du coup, je me tournerai vers un autre grand talent nord-américain, l’américain Taylor Fritz.

Révélé il y a deux ans (53 ATP en 2016), le teenager peine depuis à confirmer l’étendue immense de ses capacités. Passé tout prêt d’un exploit retentissant à Londres où il avait poussé Sasha Zverev en cinq sets, il pourrait profiter de jouer à domicile pour passer un cap. Placé dans une partie de tableau assez ouverte où les cadors sont Bautista Agut et Thiem, il pourrait passer quelques tours et, pourquoi pas, atteindre la deuxième semaine. Attention néanmoins au toujours dangereux Mischa Zverev en entrée.

  1. La déception : Grigor Dimitrov

Soyons honnête, cette catégorie pourrait porter son nom tant sa carrière est une succession de désillusions. Alors que l’on pouvait penser que son titre au Masters 2017 allait lui donner un nouveau souffle, il réalise une saison plus que poussive et ne devrait pas faire long feu dans le tableau. De surcroît, on ne peut pas dire que sont statut de tête de série n°8 l’ait protégé.

Il y avait un homme à éviter, Stan Wawrinka et c’est tombé sur lui, comme à Wimbledon, déjà au premier tour pour une élimination frustrante. Et que dire de son potentiel troisième tour ? Taper un Milos Raonic en plein renouveau, tête de série 25 alors qu’un Damir Dzumhur, par exemple, est n°24,  c’est vraiment pas de bol. Bref, on ne devrait pas profiter longtemps du splendide jeu du bulgare.

  1. Le meilleur français : Gaël Monfils

On en parlait il y a quelques jours mais le tennis français est définitivement en crise et l’US Open, le tournoi du Grand Chelem qui réussi historiquement le moins aux français, ne devrait pas faire exception à cette nouvelle donne. Sans son leader historique Tsonga qui n’a disputé que deux tournois en 2018 et dont la carrière devrait bientôt se conjuguer au passé, voir un tricolore en deuxième semaine relève presque du fantasme.

Si Lucas Pouille a comme souvent un tableau ouvert, il ne devrait pas en profiter et se planter d’entrée contre un inconnu. Même topo pour Mannarino contre Tiafoe ou Paire contre lui même. Reste la vieille garde incarnée par Gasquet, qui pourrait atteindre le troisième tour contre Djokovic et Monfils, qui devra se défaire de Nishikori pour espérer aller loin. En désespoir de cause, je vais parier sur lui, il faut vraiment que je n’ai plus aucun espoir

  1. Le match : Denis Shapovalov – Félix Auger-Aliassime

Le ciment américain  étant généralement propice aux belles empoignades, je ne vais pas m’aventurer au delà d’un premier tour déjà riche en chocs en tout genres. Nadal-Ferrer, Ramos-Kachanov, Robredo-Tsitsipas, Baghdatis-Youzhny et bien sûr Dimitrov-Wawrinka. Pourtant, c’est sur ce duel de teenagers que je vais m’attarder.

Vous souhaitez comprendre pourquoi je porte en si haute estime le tennis canadien ? Regardez cette rencontre ! Bien sûr, d’autres matches promettent des oppositions plus ronflantes et prestigieuses sur le papier mais l’opposition devrait faire souffler un vent de fraicheur sur le tennis tant leurs tennis respectifs sont spectaculaires. Une véritable opposition de style en mode derby qui devrait vite devenir un classique. Et dire que la dernière fois qu’ils se sont joués, c’est en qualification d’un challenger, il y a tout juste un an…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *