Soufflante N°5 : Federer Mania, ça commence à bien faire !

Sur Sport-Vox, désormais, tous les lundis c’est « La Soufflante » ! Un ou plusieurs membres de notre rédaction vous livre leur coup de gueule sur le week-end sportif qui vient de s’achever. Cette semaine, on parle du roi Roger qui suscite des comportements de moins en moins acceptables.

Avant toute autre chose, remettons les choses dans leur contexte : Roger Federer est l’un des plus grands champions que son sport est produit, le regarder évoluer est un bonheur pour moi depuis de très nombreuses années. Peu de champions ont fait une telle unanimité et dire qu’il mérite la ferveur qu’il suscite à travers le monde est donc bien évidemment une lapalissade. Cependant, quand cet amour confine pour certains à l’idolâtrie voire au fanatisme, ça devient franchement pénible et avec son interminable fin de carrière, c’est de plus en plus souvent…

Omerta autour du parrain

Cette semaine au Masters de Londres, nous en avons encore eu la preuve pénible et éclatante. Ça a commencé par Julien Benneteau qui a osé dire tout haut ce que tout le circuit pense tout bas depuis plusieurs années, à savoir que le suisse bénéficiait des faveurs des organisateurs de tournois, un véritable scoop… Mauvaise idée puisque c’est une tornade médiatique qui s’est abattue sur lui, il a pris la marée comme rarement sur les réseaux sociaux. Insulté en toutes les langues pour avoir émis, non pas une critique, mais une remarque sur le traitement des joueurs sur le circuit.

C’est pourtant tout sauf une révélation, bien sûr que Federer joue dans la session qui lui convient, sur le court qu’il préfère, dans à peu près tous les tournois du monde. Attention, je ne dis pas que c’est anormal, il a mérité ces égards, mais ce qui me gène, c’est que ça devienne tabou d’en parler. S’attaquer aujourd’hui à la statue du commandeur relève de l’inconscience. Pour s’en convaincre, il aura suffit de voir comment tous les joueurs présents au tournoi des maîtres, Djokovic en tête, ont botté en touche quand on leur a demandé leur avis sur le sujet.

À titre personnel, je trouve normal que les tournois mettent en avant le mec qui fait le plus d’audience donc, forcément, le joueur préféré du public pour la seizième consécutive (!) tient souvent le haut de pavé. Le tennis professionnel est un business et son best seller reste le champion helvète et il n’y a pas grand chose à y redire. Non, le problème vient des fans. Que Bennet soit obligé de se fendre d’un tweet de justification pour éteindre l’incendie me navre et est clairement révélateur d’une dérive.

Des supporters qui se muent en hooligans !

Une dérive qui s’est malheureusement concrétisée de manière bien plus scandaleuse samedi après-midi sur le central de l’O2 Arena quand un public d’abrutis, il n’y a pas d’autre mot, s’en est violemment pris à Alexander Zverev.  À l’issue de sa demi-finale, au moment de répondre aux questions d’Annabel Croft, ce dernier a vu une bronca énorme descendre des tribune. Jets de raquettes, gestes obscènes, provocations envers le public ? Rien de tout cela, son crime est juste d’avoir dominé Roger Federer en demi-finale de l’un des tournois les plus prestigieux au monde au terme d’une des plus belles performances de sa carrière…

Plutôt que de le célébrer après son exploit majuscule, la foule a donc préféré huer le gamin de 21 ans. Un comportement inadmissible qui a complètement chamboulé le jeune homme, qui a semble d’un coup complètement perdu. Comble de l’absurde, c’est même lui qui s’est senti obligé de faire son mea culpa ! On marche sur la tête. Honnêtement, j’ai été éberlué  et atterré devant mon écran. Maintenant, il va falloir se répandre en excuses dès qu’on aura l’outrecuidance de gagner une rencontre contre le Suisse. Si ce dernier a bien réagi en conférence de presse, le mal était fait.

Alors que la négociation pour déterminer la prochaine ville hôte du tournoi est encore en cours, on ne peut pas dire que les londoniens aient montré leur meilleur visage. Heureusement, l’allemand a démontré des ressources mentales exceptionnelles pour venir à bout ce soir de Novak Djokovic s’adjuger un premier titre majeur et gardera finalement un excellent souvenir de sa semaine londonienne. Certains esprits cyniques argueront sans doute que le public londonien lui a rendu service et il n’auront sans doute pas tort. Si la morale est donc sauve, on peut néanmoins se demander quelle sera la prochaine étape dans l’adoration Federer…

Alors que le Maestro prolonge année après année son récital, cela serait bien que celui-ci ne se borne pas aux courts de tennis et s’étende dans les médias pour calmer ses adorateurs qui virent au fanatisme. Histoire de calmer cet engouement excessif qui pourrait nous gâcher, un peu, le plaisir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *