Riner ou Parker, quel porte drapeau pour Rio ?

Logo-de-marque-CNOSF

Le 23 juillet prochain, le porte-drapeau de la délégation française pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Rio sera désigné par le CNOSF. Si les médias semblent tous converger vers un duel entre les deux potes Tony Parker et Teddy Riner avec ce dernier en grand favori, à Sport-Vox nous considérons qu’aucun des deux ne seraient le candidat idéal pour 2016.

Les critères de sélection

Être porte-drapeau aux Jeux Olympiques est un honneur exceptionnel, un privilège fabuleux mais aussi une véritable responsabilité. Le porte-drapeau, c’est un peu le capitaine de l’équipe France, le chef de route, le grand frère. Celui (ou celle) qui, en plus de sa compétition, sera dans les tribunes pour supporter et soutenir les copains.

Pour tenir ce rôle au mieux, quatre critères me semblent indispensables :

  1. Être un olympien accompli

Le premier critère, et sans doute le plus important, avoir une histoire olympique forte. Il me semble inconcevable que le porte-drapeau ne soit pas, à minima, médaillé olympique. Le sportif qui soulèvera le drapeau tricolore doit être une référence absolue dans son sport, une icône intouchable avec un passé prestigieux.

Les derniers en dates, Estanguet, Flessel, Douillet ou Lamour étaient des légendes incontournables, souvent multi-médaillés, toujours champions olympiques.

  1. Représenter un sport majeur de l’olympisme français

Choisir un porte-drapeau, ce n’est pas uniquement couronner un athlète, c’est également récompenser une fédération qui porte régulièrement le sport français, qui rapporte des médailles.

Le porte-drapeau met en lumière son sport, le travail de toute une fédération, il semble logique de s’inscrire dans une logique de récompense collective et pas uniquement d’un champion isolé.

  1. Avoir du temps à consacrer aux autres

Le porte-drapeau, ce n’est pas uniquement celui qui trimballe un étendard pour faire un tour de stade ! Le rôle va beaucoup plus loin. C’est le représentant des athlètes français, celui qui conseille, rassure, supporte et soutient. C’est un rôle chronophage et fatiguant, difficile donc d’imaginer un athlète qui serait sur le pont tous les deux jours dans le cadre de sa compétition.

Tony Estanguet est, par exemple, passé à côté sportivement de la seule olympiade où le rôle lui avait été confié.

  1. Être en fin de carrière

Enfin, être porte-drapeau, c’est un accomplissement, à mon sens le couronnement d’une carrière olympique. C’est une manière de récompenser un athlète en fin de règne de son investissement olympique.

A l’image de Laura Flessel en 2012 qui n’était pas véritablement venue pour gagner, choisir un sportif dont la carrière est au crépuscule semble être un choix cohérent. En partie débarrassée de la pression du résultat, le porte-drapeau n’en serait que plus efficace en investi dans son rôle.

Tony Parker : un véritable olympien ?

Une fois ces critères établis, difficile dès lors de retenir la candidature de Tony Parker. Loin de moi l’idée de remettre en question la dimension du basketteur dans le paysage sportif français. Tony est un géant, une légende, un exemple d’engagement auprès des bleus depuis plus de 15 ans.

Une fois ceci établi, il convient néanmoins de constater que le palmarès olympique du Spur est plus que léger : une participation pour aucune breloque… Il ne sait pas encore comment gagner une médaille olympique et a plus de conseils à recevoir qu’à donner.

A Rio, Tony sera obnubilé par son objectif de médaille, le dernier objectif de sa splendide carrière ! Avec cinq matches en poules avant des phases finales, il jouera beaucoup trop pour pouvoir jouer son rôle de grand frère dans les tribunes des autres sports.

Bref, s’il est immensément respecté, qu’il est une star mondiale et un excellent représentant du sport français, il n’est pas suffisamment olympien pour le rôle.

Teddy Riner : le candidat idéal…pour 2020 !

IL a 27 et est déjà une légende, octuple champion du monde, bronzé en 2008 et doré en 2012, sa légitimité personnelle est incontestable. C’est une légende, sans doute le plus grand champion de l’histoire de son sport, n’en jetez plus, Riner est incontournable, la meilleure chance d’or à Rio.

Il représente également un sport majeur de l’olympisme français, le judo grand fournisseur de médailles, et du fait du format sa compétition (il concourt sur une seule journée), il aura du temps à accorder aux autres. On n’est pas loin du cv idéal donc ! Sauf que…

Sauf que Riner n’a que 27 ans ! Ça peut paraître dingue mais sa carrière est encore devant lui malgré son palmarès déjà unique. Et surtout, les prochains JO auront lieu à Tokyo ! Imaginer le double champion olympique, sans doute au moins dix fois champions du monde (je m’avance un peu mais qui en doute vraiment ?) s’avance dans le stade olympique de Tokyo, au sommet de sa carrière à 31 ans, sans le drapeau français dans les mains me semble une aberration.

Au Japon, dans le pays où il est un véritable dieu vivant, Riner ira disputer ses quatrièmes JO quelle que soient ses chances afin de recevoir l’hommage d’un pays qui le vénère. Alors oui à Riner mais en 2020 !

Quelle alternative ?

Après avoir rejeter les deux candidatures les plus médiatique, mon choix se porterait sur un champion beaucoup plus discret mais au palmarès tout aussi exceptionnel : Julien Absalon.

Double champion olympique, il représente la grande famille du cyclisme qui, bien que très généreuse fournisseuse de médailles, n’a plus eu l’honneur d’avoir un porte-drapeau depuis 1976 et le pistard Daniel Morelon.

Il a 36 ans, dispute ses derniers Jeux Olympique avec une épreuve le dernier jour de compétition en forme de possible apothéose, il a tout du porte drapeau idéal. Moins médiatique que ses concurrents mais peut-être plus légitime…

sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvoxsportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvoxsportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvoxsportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox sportvox 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *