Réveil Bleu et fin d’un rêve, nos pronostics pour les quarts de finale de la RWC 2019 2/2

Après deux premières rencontres à sens unique, quatre équipes rêvent encore de rejoindre anglais et néo-zélandais dans le dernier carré. Nous avons encore sorti notre boule de cristal.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que notre palpitant a été épargné pour cette première journée des quarts de finale. Comme prévu les All Blacks se sont baladés, inspirés par des anglais bien plus sûrs de leur rugby que des australiens qui ont globalement tout fait à l’envers. À l’arrivée, deux victoires incontestables et un choc à venir qui fait saliver. De l’autre côté du tableau, celui des outsiders, le suspense plane encore.

Pays de Galles – France

Le contexte : le choc des extrêmes

Duel européen pour une rencontre entre deux équipes que tout oppose. Face aux certitudes et à la continuité galloise va se dresser l’instabilité chronique du XV de France. Avec un bilan de sept victoires lors des huit dernières rencontres, les hommes de Gatland, éphémères N°1 mondiaux, sont largement favoris. Pourtant, si l’on détaille ces confrontations, tout se complique avec des tricolores qui mettent régulièrement les diables rouges en difficulté. Sur la route de leur première finale, dont les avaient privés les Bleus en 2011, les Gallois ont tout à perdre…

Le parcours : deux sélections invaincus

Derrière cette boutade, deux réalités distinctes, les Gallois maîtrisent parfaitement leur jeu quand les Français sont sur courant alternatif, incapables de conserver la même intensité sur un match complet. Cependant, le niveau maximum atteint par les deux équipes semble se valoir. Les Bleus ont montré de très bonnes choses par séquences alors que la victoire référence du poireau sur les wallabies est à relativiser à l’aune du niveau affiché par les australiens contre les anglais. Opposant les deux équipes perdant le plus de ballons par rencontre, ce quart de finale est sans doute le plus faible de la compétition. Une opportunité pour la France.

La clé du match : l’utilisation du ballon

Contrairement à l’idée reçue que le rugby se gagne d’abord devant, je pense que ce match fera exception à la règle. Tout d’abord car, pour moi, les deux packs devraient se neutraliser. L’un comme l’autre manquent de puissance et ne devraient pas pouvoir marquer suffisamment le match. C’est donc la transformation du jeu qui devrait faire pencher la balance. Si les Gallois récitent un rugby maîtrisé avec beaucoup d’alternance, il manque singulièrement d’incertitude et d’impact dans le un contre un, deux secteurs où les individualités bleues, supérieures à leurs homologues, pourraient faire des différences. À condition de ne pas faire tomber trop de ballons, le péché mignon du XV de France.

Notre pronostic : France

Déjà, il était hors de question pour moi de pronostiquer autre chose qu’une victoire française, subjectivité et chauvinisme oblige. Ceci étant, je crois réellement que le Pays de Galles est loin du niveau du trio des favoris et que la progression récente des hommes de Galthié peut suffire à renverser la dynamique de ce duel. Les Bleus ont plus de talents (Penaud, Dupont, Ntamack, Vakatawa…) et, malgré une fin de match durant laquelle ils vont trembler, ils décrocheront une place dans le dernier carré et mettront fin aux rêves gallois, comme en 2011.

Japon – Afrique du Sud

Le contexte : les Brave Blossoms face à leur destin

C’est LA belle histoire de ce mondial, les Japonais font rêver la planète rugby avec leur jeu tout en mouvement et confirment leur émergence initiée en 2015 contre le même adversaire. Tout sauf une surprise tant leur progression est linéaire. Face à eux se dresse un monstre de muscle et d’agressivité calibré pour tout broyer sur son passage, l’opposition de style ultime.

Le parcours : le Japon régale, l’Afrique du Sud assure

Si la montée en puissance de l’hôte de la compétition avait déjà fait des dégâts, notamment pour Guy Novès, l’équipe menée par Jamie Joseph a surpris par la qualité de son jeu. Vitesse et mouvement perpétuel sont le crédo de ce groupe qui démontre une maîtrise technique et collective bluffante mais aussi des capacités de résilience sidérantes. Leurs succès sur l’Écosse et l’Irlande, et surtout la manière avec laquelle ils ont été acquis, ont déclenché un concert de louanges sans précédent en Ovalie et une vague d’espoir au pays du Soleil Levant. Avec le drame qui touche le Japon, ils sont en mission. À côté de cette hype, les Boks ont traversé la phase de poule dans un relatif anonymat malgré un premier match d’une extraordinaire intensité perdu face à leur meilleur ennemi Black. Ils ont ensuite déroulé pour là où on les attendaient.

La clé du match : la physique

Dans un match proposant deux équipes aux plans de jeu si antinomiques, la question est surtout de savoir qui va réussir à faire craquer l’autre en imposant sa filière. Qui des « Goliath » africains ou des « David » japonais auront le dernier mot. La dimension athlétique sera prépondérante : soit les Boks marcheront sur les Braves Blossoms soit ces derniers les épuiseront par leurs incessantes courses. Puissance frontale contre vitesse et évitement, l’éternel débat de l’ovale condensé en un match.

Notre pronostic : Afrique du Sud

Malheureusement, j’ai vraiment beaucoup de peine à croire que les japonais puisse résister à la démentielle intensité physique mise par les hommes de Rassie Erasmus. Si ces derniers, bien plus costauds que l’Irlande ou l’Écosse, sont disciplinés et évitent les cartons, il devraient voir le dernier carré. Victoire tranquille des Boks.

Une demi-finale mettant aux prises deux cadors historiques du rugby mondial, un dénouement finalement logique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *