Qui pour battre Martin Fourcade en 2017 ?

2048x1536-fit_france-s-winner-martin-fourcade-celebrates-in-the-finish-area-the-men-s-15-kilometers-mass-start

2016 est terminée, et avec elle son cortège de récompenses. Côté français, c’est une quasi-unanimité qui a couronné l’exploit olympique de Teddy Riner, sportif tricolore de l’année. Un triomphe mérité tant le judoka s’inscrit désormais au firmament des plus grands champions de l’histoire. 2016 s’est donc achevée et si 2017 n’en est qu’à ses balbutiements, on tient pourtant probablement le successeur du colosse des Abymes : le biathlète Martin Fourcade.

En remettant son titre au judoka, une première dans leur palmarès, les journalistes d’Eurosport ont parfaitement résumé la situation ici : si sacrer Riner a mis fin à une injustice, elle fait en subsister une autre, l’absence de Fourcade au palmarès.

Fourcade, un géant de 28 ans

Car oui, le biathlète est un putain de monstre ! Déjà irrésistible l’an passé avec, excusez du peu, un cinquième gros globe de cristal obtenu avec 321 points d’avance sur son dauphin, un deuxième grand chelem sur les petits globes et cinq titres mondiaux, il est pourtant d’ores et déjà parti pour faire mieux cette année !

En effet, en neuf courses individuelles, il en a remporté sept et a obtenu une troisième et une huitième place. Ajoutez à cela deux succès lors des deux épreuves collectives auxquelles il a participé et vous obtenez un bilan ahurissant de 81% de victoires depuis le début de la saison ! Avec 175 points d’avance au tiers de la compétition, il a déjà posé sa patte sur un sixième Gros Globe, un record, évidement…

Dans son sport, c’est donc bien simple : il y a lui, très loin devant, et les autres, réduits au simple rang de spectateurs de son écrasante domination. A seulement 28 ans, il est déjà une légende de sa discipline, uniquement devancé (pour combien de temps encore ?) par l’increvable papy norvégien Ole-Einar Bjoerndalen. Selon toute vraisemblance, il est bien l’indiscutable ultra-favori pour succéder à Teddy Riner.

Quel exploit pour le faire tomber ?

Sauf blessure ou improbable craquage, il va encore marquer l’année sportive pour enfin s’imposer au panthéon des sportifs français de l’année. Une distinction qu’il a frôlée par deux fois, en 2016 donc derrière Riner et en 2014 où, malgré une saison colossale, il avait dû s’effacer devant l’historique saut à 6m16 de Renaud Lavillenie.

Voici donc le niveau de l’exploit qu’il faudra réaliser pour le devancer en 2017. Faisons un peu de fiction et imaginons ce qui pourrait l’empêcher d’être enfin « LE » champion de l’année :

  1. Bardet ou Pinot vainqueur du Tour de France :

31 ans que la France du cyclisme attend un successeur à Bernard Hinault, dernier vainqueur tricolore du Tour de France en 1985. Voir un français tout de jaune vêtu le 23 juillet prochain sur les Champs Elysées susciterait aurait donc un retentissement particulièrement fort, à même d’éclipser tout autre résultat sportif.

Après des années de vaches maigres où la présence d’un français dans le Top 10 semblait illusoire, une nouvelle génération a d’ailleurs fait renaître l’espoir chez les supporters bleus. Romain Bardet et Thibaut Pinot, 26 ans tous les deux, ont ainsi déjà connu la joie d’un podium à Paris et se posent désormais en outsiders.

Outsiders oui, mais alors de loin. Les performances de Christopher Froome ne laissant que très peu de place au suspense. Double tenant du titre, le britannique est très largement au-dessus de la concurrence et un exploit français passerait obligatoirement par un forfait ou un abandon du kenyan blanc. Et même dans ces conditions, d’autres cyclistes, tel Quintana, semblent mieux armés pour prendre le relais. Bref, on n’y croit pas vraiment…

  1. Grosjean ou Ocon champion du monde de F1 :

Si le cyclisme attend depuis longtemps, que dire de la F1 ? Bien que « le Professeur » Prost ait rapporté un titre de champion du monde en 1993, l’âge d’or des pilotes français s’est brusquement interrompu avec son retrait. Depuis, une seule victoire en grand prix (Olivier Panis en 1996) et aucun tricolore sur le podium en fin de saison. Un champion du monde français serait ainsi assuré de faire un triomphe.

Si durant ses années Renault, Romain Grosjean a pu nous laisser espérer un véritable renouveau, cela n’aura été que des promesses sans lendemains. Englué en fond de grille dans une écurie américaine de second plan, il ne joue plus les premiers rôles. Seul autre français engagé, le rookie (comme titulaire) Esteban Ocon a même plus de chances de briller dans une Force India qui a fait ses preuves.

Si à l’avenir, Ocon peut espérer un avenir prometteur, le voir triompher cette saison relève du fantasme absolu et n’a qu’une chance infime de se réaliser. Ce n’est donc certainement pas de ce côté qu’il faudra attendre un rival pour Fourcade

  1. Un successeur à Yannick Noah :

Autre sport majeur, autre source de déceptions depuis plus de trente ans. Depuis 1983 et l’inoubliable victoire de Yannick Noah sur l’ocre de Roland Garros, aucun autre bleu n’a réussi à soulever l’un des quatre trophées majeurs du tennis mondial. Seuls Cédric Pioline, à deux reprises, Arnaud Clément et Jo-Wilfried s’en sont d’ailleurs approchés en disputant une finale. Le retentissement d’une victoire en Grand Chelem, surtout Porte d’Auteuil, n’en serait que plus grand.

La densité de l’équipe de France n’est plus à démontrer. Avec Tsonga, Gasquet, Monfils et Simon, le tennis masculin tricolore assure une présence dans le Top 10 mondial presque sans discontinuer depuis 10 ans. Malheureusement, ils ont régulièrement prouvé leurs carences au plus haut niveau et leurs meilleures années sont derrières eux. On compterait même plus sur le jeune qui monte, Lucas Pouille, déjà vainqueur de Nadal en Majeur pour y arriver.

Si sur quinze jours tout est possible, la régularité des leaders mondiaux (Djokovic, Murray, Federer, Wawrinka…) laisse tout de même peu de place à l’exploit. 2017 paraît trop tôt pour Pouille mais pourquoi pas les années suivantes quand le Big Four aura définitivement laissé la place à une nouvelle génération dont il est l’un des fers de lance.

  1. Vicaut tombeur de Bolt à Londres :

Si Lavillenie a réussi à emporter la mise sur un saut magique et historique, un autre athlète pourrait en faire autant en une course, le 100m des championnats du monde. Épreuve reine de l’athlétisme, elle n’a jamais souri aux français qui ne comptent aucun champions du monde ou olympique sur la distance. Seule Christine Arron aux mondiaux de Séville en 1999 a réussi cet exploit chez les dames.

Sur la piste olympique de Londres ou se tiendront les prochains mondiaux, le roi Usain Bolt, toujours invaincu en grand championnat (sauf disqualification bien entendu), voudra boucler la boucle en réalisant un nouveau triplé. Pour ce qui s’annonce comme son jubilé, le battre semble impensable. C’est la tâche que devra cependant accomplir Jimmy Vicaut pour marquer les esprits.

Co-recordman d’Europe en 9’85, le jeune sprinter de 24 ans n’est d’ailleurs pas si loin des 9’81 qui ont permis au jamaïcain de l’emporter à Rio. Alors, pourquoi pas ? Reste à transposer ses grosses performances de meeting en grand championnat, ce qu’il n’a encire jamais fait et face à la foudre qui plus est. Une véritable gageure.

  1. Victor Dubuisson enfilant la veste verte :

A un an de la Ryder Cup en France, alors que le golf cherche à exister médiatiquement, voir un golfeur tricolore dépoussiérer le palmarès français aurait une sacrée gueule ! Car si le tennis, le cyclisme ou la F1 patientent depuis longtemps, il n’y carrément plus de témoins vivants du sacre d’Arnaud Massy au British Open 1907… C’est dire la portée qu’aurait une victoire de Dubush dans le temple du golf mondial.

Car, si la nouvelle génération bleue a de la ressource, qui d’autre que Cactus Boy pour aller titiller les meilleurs ? Déjà auteur de deux Top 10 en majeur, le fantasque niçois est absolument capable de tout. Du pire mais aussi du meilleur. Sur quatre jours, si toutes les planètes s’alignent, il possède les armes pour pointer tout en haut du leaderboard. Auteur d’une bonne fin de saison, il semble d’ailleurs retrouver enfin ses sensations. Assez pour rêver ?

Malheureusement pas à mon avis. Encore trop fragile putter en main, difficile de l’imaginer dompter les greens diaboliques de l’Amen Corner. Un exploit pourquoi pas, mais sans doute plutôt du côté du Royal Birkdale pour le British Open. Ce qui serait déjà monumental !

Bref, il faut avoir beaucoup d’imagination pour envisager voir un exploit tricolore à même de faire tomber le catalan cette année. Même si l’histoire du sport français est jalonnée de performances inimaginables, on peut donc raisonnablement penser que rien ne viendra entraver la marche triomphale de Martin Fourcade en 2017. Mais on ne sait jamais…

Si vous avez d’autres idées d’exploits possibles, n’hésitez pas à les partager en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *