Quelle leçon à tirer de l’épisode Chapron ?

L’arbitre français s’est peut-être fait remarquer pour la dernière fois dimanche dernier lors du match Nantes-PSG. Une attitude hallucinante qui devrait donc avoir des répercussions sur sa fin de carrière mais qui devrait surtout inciter les instances à prendre des mesures sur l’arbitrage.

L’image a fait le tour du monde, Tony Chapron, heurté involontairement dans les arrêts de jeu par le défenseur nantais Diego Carlos a tenté de découper, je n’ai pas d’autre mot, le brésilien avant de l’expulser. Alors que la réaction mesurée des nantais est à saluer, la sienne est ubuesque et vient couronner la carrière déjà émaillée de polémiques du plus controversé des arbitres français.

Dehors le chauve !

Car le bad boy du sifflet n’en était pas à sa première incartade. Unanimement décriée, l’arbitre de 45 ans s’est déjà fait remarqué à de nombreuses reprises pour son comportement déplacé sur les pelouses. De nombreux joueurs et entraîneurs de Ligue 1 se sont ainsi plains du comportement de l’homme en noir mais aussi de sa propension jugée excessive à sortir des cartons. Insultes envers les joueurs, chambrage et menaces envers les staffs, doigt d’honneur aux supporters, Chapron a toujours eu une fâcheuse tendance à faire tout et n’importe quoi, à se prendre pour un justicier intouchable, un franc tireur, un rebelle de l’arbitrage. Bref, une espèce de sous-marque de Pierluigi Collina qui n’en aurait le charisme ni le sang froid, et encore moins les compétences…

« Le petit Chapron rouge », comme il est surnommé, n’est d’ailleurs pas un inconnu des commissions de discipline. Recadré en 2011 pour avoir tenu des propos déplacé envers des dirigeants de la FFF, il avait déjà écopé d’une suspension de trois mois avec sursis. Malgré ses excuses envers le joueur, cette incartade devrait être la dernière, la direction technique de l’arbitrage ayant décidé de le suspendre jusqu’à nouvel ordre. On peut espérer cette fois ne plus revoir cette engeance sévir sur un terrain de football, une bonne chose pour tout le monde.

Je n’irai donc pas par quatre chemin, il faut qu’il dégage définitivement ! Quelle aurait été la sanction d’un joueur taclant volontairement un arbitre ? Des mois de suspension. La sanction contre un homme qui fait du mal à l’arbitrage français depuis des années doit être exemplaire. Trop souvent montré du doigts pour son attitude, il ne doit plus arbitrer. Sa retraite devait avoir lieu dans quelques mois, avançons là et permettons à ce mégalomane notoire de s’offrir une sortie à l’image de sa carrière, ratée.

À quand des micros sur les arbitres ?

Car oui, si l’on veut espérer inculquer le respect de l’arbitre et hausser le ton envers les joueurs qui prennent beaucoup trop de libertés envers le directeur du jeu, il faut d’abord exiger de ce dernier une attitude irréprochable. Or, on ne le souligne pas assez et cette affaire en témoigne, les débordements existent des deux côtés. Les arbitres, parfois loin de désamorcer les conflits, se permettent trop de dérapages verbaux envers les joueurs et ce n’est pas tolérable.

Si la FFF doit bannir ce type d’individus, elle doit également prendre des mesures pour contrôler le comportement des arbitres pendant les rencontres en s’inspirant de ce qui est fait dans d’autres sports, notamment le rugby. En ovalie, les arbitres sont systématiquement équipés de micros permettant aux téléspectateurs d’entendre tous les échanges entre les protagonistes des matches. Plus qu’un outil de contrôle, il s’agit un moyen de valoriser leur travail et leurs qualités humaines, l’arbitre prenant le temps d’expliquer ses décisions aux joueurs dans un sport autrement plus complexe à arbitrer. Une idée simple à mettre en place mais qui n’a curieusement jamais dépassé le stade du test en football.

Pourtant, elle a de nombreuses vertus. Se sachant enregistré, l’arbitre se montre immédiatement plus courtois, respectueux et pédagogue envers les joueurs. Même chose pour ces derniers qui, sous peine de sanctions ultérieures, doivent se retenir de commenter trop vertement les décisions prises. Enfin, pour les supporters, entendre les échanges est particulièrement bénéfique. D’une part pour mieux comprendre les décisions des arbitres mais aussi pour donner l’exemple aux jeunes, si prompts à imiter le comportement de leurs idoles. Les notions de respects et de légitimité sont essentielles dans ce métier, il suffit de voir les bonnes relations qu’à toujours entretenu Saïd Enjimi, pourtant pas toujours excellent dans son arbitrage, avec les joueurs.

Alors qu’attendons nous ? Plutôt que de chercher à mettre toujours plus de technologie sur le terrain pour aider l’arbitrage,  donnons leur les moyens de montrer qu’ils sont irréprochables et valorisons les. Il sera ensuite plus simple de les défendre et de sanctionner les joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *