Nabil Fekir, une polémique surréaliste !

Fekir

Derby bouillant hier à St-Etienne, où plusieurs incidents sont venus émailler la rencontre. Au milieu de ce foutoir, un homme cristallise les discussions, Nabil Fekir.

C’est la polémique du week-end, le lyonnais, le capitaine de l’OL a célébré son doublé et le cinquième but de son équipe en enlevant son maillot pour l’exhiber devant le virage stéphanois. Un geste qui n’a visiblement pas du tout plu aux « supporters » qui ont envahi le terrain, provocant l’arrêt du match pendant plus d’une demi-heure.

Au vu des commentaires qui ont suivi cette rencontre, les excités en vert n’ont pas été les seuls à s’élever contre la provocation de l’international français, le rendant presque responsable des débordements. On marche vraiment sur la tête !

Un geste scandaleux ? Vraiment ?

Soyons honnêtes, je n’ai pas vu les images en direct. En rentrant d’un dîner, j’ai allumé ma télé juste à temps pour voir que le match était suspendu et entendre le duo de Canal+ Stéphane Guy et Éric Carrière s’insurger contre le lyonnais. Les deux comparses n’ayant pas de mots assez forts pour condamner l’attitude intolérable du joueur, passant par la même sous silence la bêtise des supporters des verts, j’ai alors pensé que le lyonnais avait réalisé un geste grave voire obscène. Du coup, en voyant finalement le « geste de la honte », je me suis bien marré.

Un scandale ? Non mais ils sont sérieux… Le mec a juste brandi son maillot ! Pas d’insultes, de bras d’honneur ou quoi que ce soit dans le style, juste le symbole de son club mis sous le nez de son adversaire le plus vindicatif. Remettons une seconde les choses dans leur contexte : Lyon-Sainté, c’est LE derby du championnat (rien à voir avec un pseudo classico monté de bric et de broc), la rivalité entre les deux clubs est exacerbée et on ne compte plus les dérapages auxquels il a donné lieu. Ce dimanche n’échappait déjà pas à la règle, tifos inacceptables prônant la haine, jets de fumigènes interrompant le jeu et violence sur le terrain, on a eu de tout. Fékir a d’ailleurs échappé au pire sur un ignoble tacle du boucher Lacroix, le véritable geste scandaleux de la soirée. Bref, une rencontre déjà bien animée au scénario surréaliste qui accouche d’une victoire historique des lyonnais sur leurs voisins honnis.

Le geste de Fekir est juste du chambrage, celui d’un lyonnais pure souche, élevé à la mamelle de cet antagonisme. En brandissant son numéro 18, il exprime son immense fierté d’être le premier capitaine gone à infliger une manita aux verts dans leur bouillant chaudron. Un joueur qui vient de passer 85 minutes à se faire insulter par tout un stade et découper par des défenseurs stéphanois dépassés. Il les chambre pour leur montrer qu’il est passé par dessus ça pour leur mettre une branlée, il les chambre car ce type de provocation est le sel qui pimente la compétition, à tous les niveaux ! Des bravades que des biens pensants moralisateurs aimeraient visiblement bien faire disparaître des stades.

Vers un football aseptisé

Le problème de cette polémique est là, alors que les uniques responsables des débordements sont les centaines d’imbéciles décérébrés qui, non contents d’interrompre une première fois la rencontre avec leurs fumigènes, sont rentré sur le terrain, le premier à être montré du doigt, c’est le joueur qui a enlevé son maillot… Son geste est volontairement antipathique envers les verts ? Rien de plus normal, c’est un derby avec toute la tension que cela comporte. Tension évidemment instaurée par les supporters qui ont le droit d’insulter les joueurs mais auxquels il ne faudrait surtout pas répondre. J’ai d’ailleurs apprécié que, malgré la pénible insistance de Laurent Paganelli, il refuse de s’excuser, il n’aurait plus manqué que ça ! Je comprends que le geste ne plaise pas à tout le monde mais que faut-il faire ? Interdire aux joueurs de célébrer leurs buts de peur de vexer un troupeau d’abrutis ?

Je suis tombé des nues en entendant Stéphane Guy évoquer sérieusement la possibilité d’une sanction envers le lyonnais, sous-entendant ainsi que son attitude serait anormale et répréhensible dans le cadre du jeu. Pourtant, quiconque a fait du sport sait pertinemment que le chambrage et la moquerie sont l’essence même de la confrontation. Un sportif se construit dans l’idée de dominer son adversaire, cela se constate durant n’importe quelle séance d’entraînement. Dans tous les sports, à tous les niveaux, on se brocarde, on se vanne les uns les autres. Bref, on se marre.

Mais non, il faudrait visiblement que les sportifs professionnels soient des robots aseptisés réprimant toute émotion et toute passion car les supporters pourraient mal le prendre. C’est juste ridicule. Nabil Fekir a certainement vécu l’un des plus mémorables moments de sa carrière hier soir, un moment de fierté intense et il a voulu le partager, comme l’ont fait Messi ou Ronaldo avant lui sans que ça n’émeuve personne en Espagne, et pour cela, il se retrouve sous le feu des critiques. On lui a même volé son moment car, sans doute pour le protéger, Bruno Génésio ne l’a pas fait revenir sur le terrain…

N’oublions pas que le football est avant tout un jeu où l’on doit s’amuser, rien d’autre. Plutôt que de vouloir en permanence brider ces garçons qui nous donnent tant de moments de grâce, laissons les s’exprimer et surtout protégeons les en sanctionnant durement les attentats à la Lacroix et en virant des stades les imbéciles qui ne savent pas s’y comporter autrement que comme des animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *