Mercato : les gagnants et les perdants

S’il a paru plus calme que le précédent, le mercato 2018 a tout de même vu les clubs européens investir 5,8 milliards d’euros sur le marché des transferts (contre 6 en 2017), de quoi faire de bonnes et de mauvaises affaires… Petit tour d’horizon.

La Premier League et ses écuries aux moyens exorbitants tiennent le haut du pavé avec plus 2,1 Mds€ de dépenses. Loin derrière suivent la Liga (1,3 Mds€) et la Serie A (1,2 Mds€). La Ligue 1, quant à elle, est le championnat qui a le moins dépensé en transferts en 2018 (583 M€ soit deux fois moins qu’en 2017), devancé de peu par la Bundesliga et ses 600 millions d’euros d’investissements. Retour sur les clubs qui ont bien ou moins bien travaillés durant l’été.

TOP :

Juventus Turin

Après sept titres de champion d’Italie d’affilée, la Juventus Turin compte bien cette saison décrocher la tant convoitée Ligue des champions. Pour ce faire, la Vieille Dame a frappé très, très fort cet été. Elle a tout simplement réalisé le plus gros coup du mercato en arrachant au Real Madrid pour 117 M€ le meilleur joueur du monde, le Ballon d’Or 2017, le Portugais Cristiano Ronaldo. Un réel tour de force auquel se sont ajoutés les arrivées de João Cancelo (40 M€), Leonardo Bonucci (35 M€), Mattia Perin (12 M€) ou encore Douglas Costa, définitivement transféré après la levée de son option d’achat de 40 M€.  Un recrutement fuoriclasse. Au final, les Bianconeri ont dépensé pas moins de 256 M€ sur le marché des transferts, une somme record pour le club transalpin qui a aussi perçu près de 100 M€ de la vente de joueurs, tout en se séparant des salaires imposants de Claudio Marchisio et de Gianluigi Buffon. Un été remarquablement bien négocié de la part de la Juve, symbole de l’éclatante renaissance du Calcio, qui se positionne de fait parmi les grands favoris à la victoire finale en C1.

Liverpool

Vice-champion d’Europe et quatrième de Premier League la saison passée et donc qualifié pour la prochaine Ligue des champions, Liverpool a réalisé un mercato intelligent, cohérent et de surcroît de qualité. Ainsi, ce sont un gardien de but de niveau international, le Brésilien Alisson (62,5 M€), deux milieux de terrains : Naby Keita (60 M€) et Fabinho (45 M€), mais aussi le milieu offensif suisse Xherdan Shaqiri (15 M€)  qui sont venus renforcer un effectif qui a sans aucun doute pâti lors du précédent exercice de l’absence dans ses rangs d’un gardien de but de haut niveau ainsi que d’une profondeur de banc en adéquation avec les ambitions du club sur la scène nationale et européenne. La direction des Reds a ainsi injecté pas moins de 182 M€ pour subvenir à ses besoins, ne vendant seulement pour un peu plus de 17 M€. De plus, en parvenant à garder ses meilleurs éléments dont son attaque de feu (Salah-Firminio-Mané), le club des bords de la Mersey semble davantage armé que la saison écoulée, qui s’était déjà avérée (très) prometteuse…

AC Milan

Au bord de la faillite après son recrutement XXL en 2017 et des résultats sportifs qui n’ont pas suivi, l’AC Milan se prend à rêver d’un retour sur le devant de la scène. En effet, depuis que l’ex-propriétaire Li Yonghong a été contraint de passer la main à la banque Elliott en raison de son incapacité à rembourser ses dettes, les Rossoneri respirent enfin. D’autant plus que le projet du nouveau propriétaire américain a pris du crédit après la nomination du ticket Leonardo-Paolo Maldini à la tête du sportif. Le pouvoir d’attraction du dirigeant brésilien et de l’ancienne gloire milanaise s’est d’ailleurs rapidement traduit par l’arrivée de Gonzalo Higuain (prêt payant de 18 M€ + option d’achat de 36 M€). Mattia Caldara(35 M€), Samu Castillejo (25 M€), Nikola Kalinic (20 M€) et Diego Laxalt (14,5 M€) sont également arrivés, portant le total des dépenses du club à environ 122 M€. Les pensionnaires de San Siro ont également su flairer quelques bons coups avec le portier de Naples Pepe Reina, le vice-champion du monde Ivan Strinic, l’ancien grand espoir Alen Halilovic et le Français Tiemoué Bakayoko, ont en effet tous débarqué libres ou sous forme de prêt. En cédant d’un autre côté pour près de 84 millions de joueurs, le club lombard a réalisé un recrutement ambitieux, efficace et sans excès démesuré.

FLOP :

Real Madrid

Alors que la Casa Blanca a vu s’en aller Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo, grands artisans de la réussite moderne du club, on imaginait le triple champion d’Europe en titre frapper un grand coup sur le marché. D’autant plus en cette année de Coupe du monde, durant laquelle traditionnellement le Real ne lésine pas sur les moyens pour récupérer « la vedette » du tournoi. Il n’en a finalement rien été et ce malgré des caisses pleines… Si pour palier au départ du technicien tricolore, l’ancien sélectionneur de la Roja Julen Lopetegui a rapidement été nommé, le Ballon d’Or 2017, lui, n’a pas été remplacé. Au final, les Madrilènes se sont renforcés avec un jeune brésilien Vinicius Junior (45 M€), Thibaut Courtois (35 M€), Alvaro Odriozola (30 M€) ou encore Mariano Diaz (21,5 M€). Si comme toujours à Madrid, un tas de grands noms a circulé durant l’été, allant de Neymar à Kylian Mbappé en passant par Eden Hazard et Mohamed Salah, aucun dossier n’a aboutis… Pire, le puissant club espagnol a du monter au créneau pour conserver le meilleur joueur du Mondial 2018 Luka Modric, fortement convoité par l’Inter Milan, tout en calmant les ardeurs de la Juventus Turin intéressée par son latéral gauche Marcelo ou encore les rumeurs de départ autour de Gareth Bale en début de mercato notamment.

PSG

Après un feu d’artifice l’an dernier avec les arrivées de Neymar (222 M€) et de Kylian Mbappé (180 M€), le Paris Saint-Germain a dû composer cet été avec l’épée Damoclès du fair-play financier au-dessus de sa tête. Pour rentrer dans les clous, le club de la capitale a d’abord dû vendre afin d’équilibrer son bilan du précédent exercice. Ainsi, Gonçalo Guedes (40 M€), Javier Pastore (25 M€), Yuri Berchiche (20 M€), Odsonne Edouard (10 M€) ou encore Jonathan Ikoné (5 M€) ont notamment quitté Paris, qui encaisse un chèque total de 107 M€ lors de ce mercato. Alors que le président de l’instance du fair-play financier (ICFC) a demandé le réexamen de la situation du PSG par la chambre de jugement, bien que la chambre de l’instruction avait clos le dossier sans prendre de sanction, le direction francilienne a ainsi agi en conséquence… Si le recrutement s’est d’abord montré prometteur avec l’arrivée libre de la légende Gianluigi Buffon, il a ensuite déçu. Thilo Kehrer (37 M€), Juan Bernat (14 M€), Choupo-Moting (libre) ont été achetés. Le clinquant repassera mais c’est surtout la non venue d’un milieu de terrain qui interroge, poste qui semblait pourtant une priorité estivale après le départ à la retraite de Thiago Motta et dans une moindre mesure le prêt de Lo Celso. Sans compter la gestion de l’épineux dossier de la prolongation d’Adrien Rabiot, en fin de contrat en juin 2019…

Manchester United

Fred (59 M€), Diogo Dalot (22 M€), Lee Grant (1,7 M€) : voici le recrutement estival des Red Devils. Trois joueurs seulement et moitié moins d’argent dépensé dans la rubrique mercato que les deux années précédentes. En effet, depuis l’arrivée de José Mourinho sur le banc de touche mancunien, les pensionnaires d’Old Trafford nous avait habitué à être l’un des principaux acteurs du marché. Il faut dire que ce sont près de 350 M€ qui ont été investis au total sous l’ère du « Special One », avec quelques gros coups réalisés comme le transfert de Paul Pogba (105 M€) ou du Chilien Alexis Sanchez. Forcément, alors que le vice champion d’Angleterre se devait de se renforcer afin de rivaliser avec son voisin Manchester City en Premier League, tout en jouant un rôle important sur la scène européenne, le mercato a quelque peu déçu. D’autant plus lorsque l’on connaît les moyens colossaux des clubs anglais et d’une écurie du standing de Manchester United…

Bilan financier des cinq dernières saisons :

Si un mercato ne se juge définitivement qu’à la fin de la saison, force est donc de constater que certains on pris de l’avance en faisant, sur le papier, les bons choix. À voir si cette tendance se confirmera sur les terrains…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *