La Lazio Rome, adversaire coriace pour le Bayern Munich

La Lazio reçoit le Bayern Munich mardi soir pour le match aller des 8es de finale de la Ligue des Champions. Au premier abord, le 7e de Serie A ne devrait pas faire le poids face au tenant du titre de la Coupe aux grandes oreilles. Mais c’est une rencontre aux apparences trompeuses.

Simone Inzaghi, arrivé sur le banc des Laziale en 2016, effectue un travail dantesque. L’ancien attaquant de la Lazio Rome (1999-2010), partisan du fameux doublé Serie A-Coupe d’Italie en 1999-2000, exprime tout son amour pour le club en le ramenant à un niveau digne de ce nom. 

Dans un championnat italien où la concurrence s’est durcie ces dernières années, la Lazio Rome a terminé l’exercice 2019-20 en 4e position, à cinq petits points de la Juventus (1ère). Elle a longtemps fait peur aux Turinois sous l’impulsion de son buteur d’exception Ciro Immobile, auteur de 36 buts et lauréat du Soulier d’Or européen.

Cette saison référence a permis à la Lazio de retrouver la Ligue des Champions après 12 ans d’attente. Des retrouvailles sans public, crise sanitaire oblige… Mais les Laziale font une belle impression en phase de groupes. Ils terminent deuxièmes du Groupe F, derrière le Borussia Dortmund, avec 10 points et aucune défaite en six rencontres.

Mieux encore, la Lazio n’a pas perdu dans les deux chocs de ce groupe contre le BVB. Une victoire à l’aller (3-1) et un match nul au retour (1-1). Comme à leur habitude, les Romains s’étaient montrés dangereux lors des transitions offensives. Le meneur de jeu Luis Alberto a souvent réussi à trouver l’un de ses deux attaquants que sont Joaquin Correa ou Ciro Immobile dans l’espace. Puis l’Argentin et l’Italien ont pu s’exprimer dans les derniers mètres, soit avec un tir, soit avec une passe décisive.

Transition offensive et relance : deux points primordiaux

Le Bayern Munich aura la possession du ballon mardi soir, cette donnée est inévitable. Et quand les champions d’Europe la perdront, ils devraient mettre en place un pressing haut très intense pour vite récupérer le cuir. 

Face à la ligne défensive haute du Bayern Munich, les Biancocelesti auront des coups à jouer en contre-attaque. La relation entre les facilitateurs de jeu (Luis Alberto et Sergej Milinkovic-Savic) et les deux attaquants (Ciro Immobile et Joaquin Correa) sera le premier facteur clé de cette rencontre. Il faudra convertir les quelques récupérations hautes en étant efficaces dans la transmission et la finition. 

Comme le confiait Thomas Doll, milieu allemand passé par la Lazio (1991-93), “Ciro Immobile peut faire mal au Bayern. Il peut jouer loin du but. Si la défense de Munich reste haute, elle prendra beaucoup de risques avec Ciro [Immobile]”.

Cette saison, Luis Alberto est moins inspiré à la passe – donc moins décisif – que la saison dernière. Il ne compte aucune passe décisive en Serie A et Ligue des Champions quand il en avait effectué 15 en championnat sur l’exercice 2019-20. C’est donc son compère serbe du milieu de terrain qui prend le relais dans la distribution de caviars avec 7 passes décisives cette saison.

L’autre point-clé de l’opposition entre la Lazio et le Bayern se trouve dans la phase de construction du jeu. Sous l’intensité du pressing haut des Bavarois, le circuit de passes entre Francesco Acerbi, Lucas Leiva et Sergej Milinkovic-Savic devra être infaillible. Car face au Bayern Munich, la moindre erreur ou hésitation technique aboutit le plus souvent à une occasion pour Robert Lewandowski et ses coéquipiers. 

Mais si les Laziale parviennent à briser la première ligne du Bayern Munich, ils pourront bénéficier d’espaces dans le dos de la défense allemande. Contre l’Eintracht Francfort, samedi, l’équipe de Hans-Dieter Flick a montré des lacunes. Elle a encaissé un but de Daichi Kamada après que Niklas Süle et Leroy Sané ont totalement oublié Filip Kostic dans leur dos. Résultat, une défaite (2-1) et de nombreuses phases où les champions d’Europe étaient en difficulté.

Ce week-end, la Lazio Rome s’est imposée (1-0) contre la Sampdoria. Et l’unique but de la rencontre est venu sur une contre-attaque. Un dégagement lointain de Pepe Reina, un pressing fructueux sur le deuxième ballon puis la parfaite négociation de l’espace dans le dos des défenseurs génois. Passe de Sergej Milinkovic-Savic et réalisation de Luis Alberto.

Evidemment le Bayern Munich est le grand favori de cette rencontre. Seize victoires sur les 17 derniers matches de Ligue des Champions, au moins deux buts inscrits dans 15 de ces 17 rencontres… La tâche sera ardue pour la Lazio Rome. Mais les arguments qu’elle présentera peuvent donner du fil à retordre à l’ogre bavarois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *