En paroles et en chiffres : Tony Parker « le président »

En partenariat avec l’Observatoire du Sport Business, Sport-vox célèbre l’anniversaire des voix du sport à travers des portraits décalés en cinq citations. Aujourd’hui Tony Parker a 38 ans.

1 – Tony Parker : le winner

 » Ce qui me motive, c’est de gagnerPour moi, il est essentiel d’être le meilleur sur le court. « 

TP, c’est avant tout une attitude de tueur et un palmarès long comme le bras. Plus jeune meneur titulaire de l’histoire la NBA, quatre fois champion NBA, premier européen MVP des finales et recordman du nombre de points en un match pour un européen, le frenchie a marqué de son empreinte la ligue américaine qui le fera assurément rentrer dans son hall of fame. Mais au delà des chiffres, Parker est un travailleur et un leader hors du commun.

2 – Tony Parker : le patriote

« Si je n’avais pas gagné avec l’Équipe de France, je n’aurais pas réussi ma carrière.  »

Alors que nombreux sont les basketteurs NBA a avoir snobé leur équipe nationale, Paker a toujours montré un attachement viscéral au maillot tricolore, ne s’accordant qu’un été de repos en 2014. Vainqueur de l’Euro junior, il va honorer 181 sélections entre 2000 et 2016, remportant quatre médailles européennes dont le sacre en 2013. Seule ombre au tableau de ce capitaine exemplaire, l’absence d’une médaille olympique manquée de peu en 2012 et 2016.

3 – Tony Parker : l’artiste

 » Je reviendrai à la musique. « 

À côté de sa carrière basketteur, TP s’est offert une parenthèse musicale avec un album de rap en 2007 sobrement intitulé « Tony Parker ». Un échec critique et commercial qui n’a visiblement pas altéré son envie de revenir squatter les backs ! Sans doute pas sa meilleure idée de reconversion…

4 – Tony Parker : l’homme d’affaires

 » J’ai toujours su que je ne jouerai pas au basket éternellement. Je ne voulais pas être comme beaucoup d’athlètes qui ont l’impression de mourir quand ils prennent leur retraite. Je n’en ai pas peur « 

Sa sortie des terrains, Tony Parker l’a anticipée. Investisseur et entrepreneur hyperactif, il est sur tous les fronts ! Prêt-à-porter avec sa propre ligne de vêtements, restauration avec un food truc à San Antonio, tourisme avec le rachat de deux stations de ski et plus récemment des prises d’intérêts dans les start-ups Colizey et Vogo, il n’a effectivement pas à craindre de s’ennuyer, surtout qu’il est omniprésent dans le sport…

5 – Tony Parker : l’ambitieux président

 » Le but ultime est de posséder un jour une franchise NBA. « 

Comme sur les parquets, TP est pressé et a toujours un voire deux coups d’avance. Propriétaire de l’ASVEL depuis 2014 qu’il a fait grandir en accéléré, en l’emmenant deux fois au titre de champion de France et en Euroligue cette saison, il pense déjà à l’après. Après avoir impulsé un rapprochement avec l’Olympique Lyonnais, il pourrait bientôt prendre la suite du président Aulas d’un consortium regroupant les deux clubs. Une deuxième étape vers son objectif ultime, faire comme Michael Jordan et posséder un jour sa propre franchise NBA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *