En paroles et en chiffres : « le barjot » Jackson Richardson

En partenariat avec l’Observatoire du Sport Business, Sport-vox célèbre l’anniversaire des voix du sport à travers des portraits décalés en cinq citations. Aujourd’hui Jackson Richardson a 51 ans.

1 – Jackson Richardson : l’esthète

«  C’est un honneur d’être comparé à Zidane « 

Avant même son palmarès, évoquer Richardson, c’est évoquer une certaine idée du beau jeu et la technique au service du collectif. Comme son homologue du football, le meneur de jeu des Bleus lors des titres de 1995 et 2001, a toujours privilégié la passe à l’action individuelle..

2 – Jackson Richardson : le perfectionniste

 » Mon objectif, c’est le plus haut possible  »

Si on se souvient souvent de sa créativité et de son look, le Réunionnais cache bien son jeu tant son palmarès exceptionnel repose avant tout sur son acharnement au travail. Le double meilleur joueur du monde s’est toujours signalé par son assiduité et son ambition.

3 – Jackson Richardson : l’entraîneur

 » J’ai passé mon diplôme d’entraîneur, ce n’est pas pour l’encadrer dans mon salon  »

On entend souvent que les grands joueurs ne font pas nécessairement de grands entraîneurs, cet adage reflète malheureusement pour l’instant la carrière de l’homme aux 417 sélections sur le banc. Que ce soit comme adjoint à Chambéry ou entraîneur principale en D2 à Dijon, il n’est pas encore aussi efficace en costume que sur le terrain.

4 – Jackson Richardson : le politicien

 » J’avais envie de redonner à Marseille ce qu’elle m’a donné. Je m’y sens bien. C’était le bon moment, j’y vais à 200%  »

Homme de conviction, Richardson s’est engagé cette année en politique à Marseille, ville dans laquelle il a joué au début de sa carrière. Sur la liste du candidat Bruno Gilles pour l’épauler en vue des JO 2024, il participera au second tour de l’élection municipale.

5 – Jackson Richardson : le modèle

 » Quand j’appelle mon fils, je ne lui dis pas des compliments. Je suis souvent critique. « 

Bon sang ne saurait mentir dans la famille Richardson puisque le fils Melvynn est également un handballeur de grand talent. Brillant sous les couleurs de Montpellier, il a rejoint Jackson sous les couleurs tricolores et comptent 7 sélections à 23 ans. Une évolution qu’il doit sans doute en partie à l’exigence de son père…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *