Dortmund-PSG : un résultat qui enterre Thomas Tuchel

Si le match d’hier soir restera sans doute, aux yeux de l’histoire, comme celui qui a révélé un immense attaquant aux yeux de l’Europe, il marque aussi sans doute la fin de l’ère Tuchel à Paris.

Cette fois, le PSG n’a pas attendu le match retour pour se louper. Auteurs d’une prestation indigente, les parisiens peuvent même s’estimer très heureux de ce score de 2-1 qui préserve intactes leurs chances de qualifications. Mais ne nous y trompons pas le mal est profond. Quoi qu’il arrive dans trois semaines au Parc, voire plus tard dans la compétition, on peut clairement considérer que l’avenir du coach allemand est désormais scellé. Principal responsable de l’échec, il ne sera plus aux commandes l’an prochain.

Un coach qui n’assume pas sa vision tactique

C’est peut-être aller vite en besogne, après tout le PSG reste en position favorable pour voir les quarts (55% de chances), mais déjà que Leonardo ne le portait pas vraiment dans son cœur, sa gestion de ce choc a du finir de le convaincre qu’il n’était pas l’homme de la situation. Car oui, l’ancien de Dortmund a montré énormément de failles dans sa gestion de l’événement.

D’un point de vue purement sportif, ses choix tactiques ont été pour le moins discutables. Sa composition d’équipe, qui avait beaucoup fait parler avant le match, est difficilement compréhensible. Comment peut-on improviser sur un match aussi important ? Comment décider de balancer tout le travail des derniers mois (pourtant théoriquement uniquement dévolu à ce match) en chamboulant la moitié de l’équipe, en alignant des joueurs à des postes qu’ils ne travaillent plus depuis des mois et en laissant en place des cadres en déliquescence ?

N’étant pas tacticien, je ne vois qu’une solution : Tuchel n’a jamais vraiment cru dans son 4-4-2 pour l’intensité de la Ligue des Champions, lui préférant un milieu à trois plus solide.  Dès lors, pourquoi ne pas le préparer en amont en utilisant cette tactique lors des matches de championnat précédents, notamment les chocs contre Monaco ou Lyon ? Tout simplement pour acheter la paix dans un vestiaire sur lequel il n’a plus la main. Plutôt que d’imposer son idée tactique, il a décidé d’aligner ensemble tous ses stars pour ménager les égos et les susceptibilités.

Un coach lâché par son vestiaire

Pour moi c’est une évidence, Tuchel n’est pas le maître à bord, il ne gouverne plus grand-chose sur le bateau PSG. Il est complètement tributaire de ses stars et ce match a définitivement mis en lumière cet état de fait. Perdus sur le terrain, les parisiens n’ont pas joué, n’ont pas couru, ne se sont pas battus et la mi-temps n’y a rien changé. Alors que l’équipe pouvait s’estimer heureuse ne rentrer au vestiaire à 0-0, cet avertissement sans frais n’a rien changé. Alors qu’on pouvait s’attendre à voir une équipe remontée attaquer la deuxième mi-temps pied au plancher, il n’en a rien été. Tuchel n’a pris aucune décision forte et n’a pas su remobiliser ses troupes, qui sont revenus sur le pré avec la même nonchalance coupable.

Tuchel s’en est complètement remis à ses joueurs, ne procédant à qu’un seul ajustement en seconde période, du poste pour poste entre Di Maria et Sarabia. Alors qu’à Madrid, Klopp n’hésitait pas à couper dans le vif en sortant Mané dès la mi-temps (sans trop de succès il est vrai), lui n’a pas pris ses responsabilités, il s’est caché derrière l’espoir que Neymar et Mbappé allaient faire la différence. C’est d’ailleurs par eux qu’est arrivée l’éclaircie. Loin de lui donner du crédit, elle confirme qu’à Paris, le salut passera uniquement par les joueurs.

Ses déclarations d’après-match sont lunaires, il est dans le déni total, n’assume ni ses choix ni ses erreurs, il attend que ça se passe en espérant des jours meilleurs. Cette méthode Coué systématique est symptomatique des œillères de l’allemand. En attendant ses joueurs le lâchent progressivement. Sa « calinothérapie » a ses limites, à force de leur passer systématiquement de la pommade, ils n’ont plus de respect pour lui et se permettent tout et n’importe quoi. Inconcevable dans un grand club.

Un coach sous dimensionné pour le projet QSI

Mbappe se permettrait-il de s’emporter contre Zidane après un changement ? Neymar critiquerait-il les choix tactiques de Guardiola après une rencontre ? Kimpembe laisserait-il son frère insulter Klopp sur Instagram ? Peu probable. Tuchel ne tient pas ses joueurs et ça Leonardo n’a pu que le noter. S’il veut devenir un club majeur, s’il veut enfin aller au bout de son rêve européen, le PSG ne peut pas tolérer que son coach soit méprisé et bousculé par ses hommes. Comme Laurent Blanc ou Unai Emery avant lui, Tuchel touche du doigt ses limites.

Pour gérer des stars, le talent tactique ne sert finalement plus à grand-chose. Tuchel sait pertinemment comment optimiser son effectif mais se refuse à le faire par crainte des égos de ses joueurs. S’il n’a rien à envier techniquement aux meilleurs techniciens du continent, il n’en a pourtant pas la carrure. Le point commun entre Zidane, Guardiola, Klopp ou Simeone est l’admiration qu’ils suscitent chez leurs joueurs. Que ce soit par un passé glorieux de joueur ou un charisme hors normes, ils tiennent leurs troupes qui sont prêtes à tout pour eux. À Paris, personne n’est prêt à se dépouiller pour Tuchel.

Ce supplément d’âme, Paris ne l’a pas, son entraîneur est trop contesté en interne. Le diagnostic est posé et je suis prêt à parier que celui de Leonardo est le même : Tuchel n’est pas l’homme de la situation, celui qui soulèvera la coupe aux grandes oreilles. Je me demande même s’il ne faudrait pas trancher dans le vif dès maintenant. La saison peut encore tourner, un choc psychologique doublé d’un nouveau discours pourrait tout relancer en mettant les stars du club face à leurs responsabilités.

Face à l’échec d’hier, Leonardo va devoir prendre des décisions pour remettre de l’ordre et empêcher le club de vivre une nouvelle déconvenue européenne. Cela doit-il passer par l’éviction immédiate de son entraîneur ? Je ne suis pas loin de le penser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *