Bulletin de notes de Ligue 1 : à l’instar du PSG, ils ont brillé

La phase aller du championnat de France s’est achevée le 22 décembre et la phase retour débutera le 8 janvier prochain. Alors en attendant la reprise, c’est l’heure de faire le bilan de cette première partie de saison. On commence par les bons élèves.

Si le bilan est légèrement faussé par le report de plusieurs matches en raison du mouvement des gilets jaunes, certains clubs ont cependant montré de belles dispositions.

Félicitations du jury :

Paris Saint-Germain : 19/20

Bilan sportif à mi-saison : 1er avec 47 points (17 matches)

Invaincu en Ligue 1 (15 victoires, 2 nuls), une première place en Ligue des Champions et la MCN qui empile les buts, cela pourrait valoir un 20/20 au PSG. Pourtant, si sportivement le club de la capitale a tout bon, en coulisse c’est plus discutable. Entre les footballs Leaks qui ne l’ont pas épargné, la gestion désastreuse du cas Rabiot et un mercato moyen, les dirigeants parisiens ont encore des progrès à faire.

Que changer au mercato ?  En se tirant une balle dans le pied avec le « Duc », le PSG va donc devoir bouger pour renforcer un milieu beaucoup trop léger et que l’adaptabilité de Marquinhos ne sauvera pas toujours. L’arrivée d’un vrai milieu défensif de métier est indispensable, tout en ménageant le fair-play financier. L’allemand Weigl a tout du profil idoine.

Lille : 17/20

Bilan sportif à mi-saison : 2e avec 34 points (19 matches)

Christophe Galtier est un magicien : après avoir sauvé le LOSC de la relégation la saison dernière, il est en train de ramener le club nordiste vers la Ligue des champions. Galtier peut compter sur un effectif transcendé par rapport à l’an passé, à l’image de Nicolas Pépé qui fait trembler les filets (12 buts en L1) mais aussi sur un recrutement très malin (Bamba et Fonte arrivés libres).

Que changer au mercato ? Rien du tout ! Galtier va devoir conserver ses meilleurs éléments cet hiver. Une gageure tant certains, Pépé et Thiago Mendes notamment, sont très courtisés. S’ils devaient partir, le LOSC aurait sans doute du mal à préserver sa place sur le podium.

Montpellier : 16/20

Bilan sportif à mi-saison : 4e avec 30 points (17 matches)

L’objectif de Montpellier cette saison était le maintien. A l’issue des matches aller, le club héraultais peut carrément rêver d’Europe. Michel Der Zakarian a construit une équipe à son image : rugueuse et qui ne lâche rien. Le mercato d’été est une grande réussite avec Le Tallec, Mollet, Delort et Laborde. Ces deux derniers donnent l’impression qu’ils jouent ensemble depuis des années et ont chacun inscrit 7 buts. Il faut également souligner les bonnes prestations du portier Benjamin Lecomte et du latéral gauche Ruben Aguilar qui se rapproche de l’équipe de France.

Que changer au mercato ? Pour cette saison, le MHR est équilibré mais doit préparer l’avenir. Ce mercato doit anticiper les départs inévitables de l’été prochain. Dans cette optique, le latéral droit Mathias Suarez (22 ans, international uruguayen) débarquera dès la reprise. Sans doute un nouveau joli coup.

Encouragements :

AS Saint-Étienne : 15/20

Bilan sportif à mi-saison : 5e avec 30 points (18 matches)

« Cette année peut être une année spéciale, quelques gros sont en train de manquer la marche. Si on peut être la bonne surprise, on va pas se gêner ». Jean-Louis Gasset ne s’en cache pas, il rêve de ramener les Verts en C1. Pour cela, l’entraîneur stéphanois peut compter sur un effectif expérimenté et habitué aux joutes de la Ligue 1 (Cabella, Debuchy, Monnet-Paquet, M’Vila, Perrin, Ruffier). Gasset a surtout réussi une belle trouvaille tactique en repositionnant Khazri en attaquant de pointe. L’international tunisien réalise la meilleure saison de sa carrière avec 9 buts et une passe décisive.

Que changer au mercato ? Le succès forézien s’est construit l’hiver dernier donc l’ASSE connaît la recette d’un mercato réussi. Cette année c’est derrière que ça se passe, il faut impérativement densifier l’axe central pour rêver au trio de tête. Pour se faire, pourquoi ne pas regarder vers les mal classés ? Le Nantais Diego Carlos ou l’Amiénois Prince Gouano ont le profil.

Olympique Lyonnais : 14/20

Bilan sportif à mi-saison : 3e avec 32 points (18 matches)

L’OL joue avec les nerfs de ses supporters comme en atteste son parcours en Ligue des champions : la qualification pour les huitièmes de finale aurait pu être assurée dès la quatrième journée et non lors de la sixième. Et en championnat, Lyon souffle le chaud (victoires contre l’OM et l’ASSE) et le froid (lourde défaite contre le PSG et des contre-performances à domicile face à Nice et Rennes). Cette équipe a beaucoup de qualités et de caractère mais manque singulièrement de constance.

Que changer au mercato ? Pour y remédier et même si Aulas a affirmé que l’OL devrait rester très sage, un renfort d’expérience derrière ne serait pas du luxe pour concurrencer Marcelo, souvent décevant. Ça tombe bien Pepe est libre ! S’il n’est plus tout jeune, l’ancien madrilène ferait un bien fou aux jeunes pousses lyonnaises avec son agressivité et son leadership.

RC Strasbourg : 14/20

Bilan sportif à mi-saison : 7e avec 26 points (19 matches)

Les médias se focalisent souvent sur les One Man Show de Thierry Laurey lors des conférences de presse. Mais ce serait oublier que Laurey fait un travail remarquable sur le plan tactique et qu’il est le principal artisan des succès alsaciens. Après avoir adopté un 4-2-3-1 lors des trois premières journées (une victoire, un nul et une défaite), Laurey est passé au 3-5-2 qui s’avère être un véritable casse-tête pour ses adversaires (le PSG, contraint au nul à la Meinau, peut en témoigner). On peut également saluer le bon recrutement estival (Sels dans les buts, Mothiba en attaque) ainsi que l’éclosion de Kenny Lala. Le latéral droit fait de plus en plus parler de lui au point que sa présence en équipe de France est régulièrement réclamée.

Que changer au mercato ? L’opération maintien bien engagée, Strasbourg doit penser à l’avenir. Les candidats au départ seront nombreux cet été, Kenny Lala en tête et le RCS devra se montrer malin pour les remplacer. Pourquoi ne pas regarder en Ligue 2 ? des Joueurs comme le Lensois Centonze, le Grenoblois M’Changama ou le Clermontois Honorat ont un profil de bonne pioche.

Stade Rennais FC : 13/20

Bilan sportif à mi-saison : 8e avec 26 points (18 matches)

Rennes a débuté la saison avec Sabri Lamouchi sur le banc, finalement limogé début décembre alors que le club breton venait d’être corrigé 4-1 à domicile et occupait la 14e place. Son successeur, le néophyte Julien Stéphan, vit un début de carrière idyllique avec 5 victoires toutes compétitions confondues, dont une qualification pour les seizièmes de finale de la C3, une première dans l’histoire du club. Avec des joueurs expérimentés comme Ben Arfa et Grenier, Rennes est clairement un candidat au Top 5 et on espère voir les Bretons aller le plus loin possible en C3.

Que changer au mercato ? Pour espérer plus, il manque à Stephan un vrai buteur au profil différent de toutes ses flèches. Aller chercher un pivot capable d’occuper la surface et de bonifier les différences faites par Sarr et Ben Arfa. Le Brestois Gaëtan Charbonnier marche sur la Ligue 2 et pourrait être un pari intéressant dans ce style.

Stade de Reims : 14/20

Bilan sportif à mi-saison : 9e avec 26 points (19 matches)

Le promu réalise un bon début de saison en s’appuyant sur une défense de fer. Déjà meilleure défense de Ligue 2 l’an passé, Reims peut se vanter de neuf blanchissages cette saison, son gardien Edouard Mendy montrant qu’il a la carrure pour jouer en Ligue 1. Et après avoir permis à son équipe de battre de nombreux records la saison dernière (de points, de victoires), David Guion s’affirme comme un entraîneur à suivre : il est à la fois un bon meneur d’hommes mais également un bon tacticien.

Que changer au mercato ? C’est devant que ça pèche, il manque clairement de talent. Pour y remédier, se faire prêter un joueur en rupture de banc aurait du sens. Le Monégasque Geubbels, le Parisien Weah ou les Lyonnais Gouiri et Terrier pourraient, par exemple, apporter un peu de peps à l’attaque champenoise.

Nîmes Olympique : 13/20

Bilan sportif à mi-saison : 11e avec 23 points (18 matches)

Quelle belle surprise ! Après 25 ans sans Ligue 1, le public des Costières est aux anges : Nîmes tient la route et fait même mieux que cela en étant une équipe redoutée pour son impact physique. Et quand les Crocodiles sont dans un grand soir, les adversaires mordent la poussière (des succès 3-1 contre l’OM et 4-0 à Djion !). Parmi les joueurs qui ont le plus marqué les esprits, citons le capitaine Anthony Briançon, âme de l’équipe et Régis Savanier, auteur de 2 buts et 5 passes décisives et dont la qualité technique est précieuse.

Que changer au mercato ? Surtout ne rien toucher, l’équilibre du promu est très fragile et repose sur un vestiaire équilibré et soudé. Pour les mouvements, on attendra d’avoir validé le maintien.

Rendez-vous demain avec les cancres de la classe…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *