À l’instar de Mbappé, le PSG doit assumer son arrogance

Dans le sillage de son impressionnant N°7, le PSG se balade en Ligue des Champions mais semble rejeté par la France du football. Est-ce le moment pour le club de changer sa stratégie de communication ?

Depuis leur arrivée à la tête du club parisien, les dirigeants qataris ont fait de la popularité du club un de leurs objectifs principaux, notamment à des fins commerciales. Si l’objectif est en partie atteint, puisque le club est passé devant l’OM pour devenir le club français comptant le plus de supporters, la sympathie qu’il inspire reste cependant encore faible sur l’ensemble du territoire, bien loin de Saint-Étienne, club qui présente le meilleure indice de popularité. 

Une posture trop lisse et néfaste

Cet écart peut-il être résorbé ? Cela m’apparaît impossible tant le club francilien est clivant. Le PSG, soit tu en es supporter, soit tu n’adhère pas, c’est comme ça et ça ne changera jamais. Le clivage Paris-province, la défiance voire la jalousie sur la provenances des « pétrodollars » qataris, l’absence d’identité française… autant de raisons qui font que peu de supporters adverses soutiennent le PSG lors des compétitions européennes. Nombreux sont même ceux qui se réjouissent de leurs échecs successifs.

Un état de fait sans doute dommageable mais bien compréhensible. Comment voulez-vous que l’amateur moyen de football s’identifie à un club dont la présidence est qatarie, le directeur sportif brésilien, l’entraîneur allemand et la majorité des joueurs étrangers ? On est loin de la grande époque du club où Denisot présidait, Fernandez entraînait et où les joueurs composaient la moitié de l’Équipe de France…

En réponse à cette situation, les dirigeants ont pris le parti de la jouer profil bas, de ne surtout pas faire de vagues, de favoriser des profils de joueurs propres sur eux. Le projet est ainsi incarné par Thiago Silva, Marquinhos, Matuidi ou Cavani, des joueurs irréprochables tant sur le terrain que dans les coulisses. Nasser Al Khalaifi joue également cette partition et tout écart à cette règle de politesse et de discrétion se voit immédiatement sanctionnée. Ainsi Ibrahimovic, trop bavard, David Luiz, trop impétueux  ou Leonardo, trop impulsif n’ont pas été retenus. 

Mbappé, une arrogance toute parisienne

Pourtant c’est justement ce manque d’aspérité, de caractère, de force mentale (incarné par son capitaine brésilien) qui est reproché au club de la capitale. Pour beaucoup, c’est là qu’il faut chercher les raisons des échecs successifs en ligue des Champions. Une prise de conscience que semble avoir eu le board du club en rappelant Leonardo pour remettre de l’ordre dans la maison et insuffler un peu de combativité à un groupe qui en manque singulièrement.

Une bonne idée qui ne suffira pas, la vraie solution viendra selon moi de sa nouvelle star, celui qui incarne désormais ce nouveau PSG, l’attaquant des Bleus Kylian Mbappé. Au delà de ses performances prodigieuses, le gamin de Bondy, c’est une personnalité très affirmée, bien loin de l’image policée que l’on a bien voulu lui coller à ses débuts. Le gosse est ambitieux et n’hésite pas à le revendiquer en ruant régulièrement dans les brancards au travers de déclarations fracassantes !

Au grand dam de ses dirigeants, il lave son linge sale en public, affirmant ses volontés de leadership ou ses désaccords avec son coach. Mbappé, c’est l’incarnation même de la supposée arrogance parisienne. Il dit ce qu’il pense et il pense globalement qu’il est le meilleur et qu’il se contrefout des autres et de leur point de vue. Une attitude impertinente qui tranche avec la politique de pudeur prônée par Doha. Un problème à venir pour le PSG ? Non, plutôt une solution.

Seuls les résultats emporteront l’adhésion

En effet, il est grand temps que le PSG s’assume et arrête de se cacher derrière une politesse de façade qui confine à la faiblesse. Oui le PSG est la locomotive du championnat, oui c’est lui qui rempli les stades et fait exploser les droits télés. Oui son équipe est deux crans au dessus de toutes les autres en France et marche sans forcer sur la Ligue 1. Ils sont les plus riches, les plus beaux, les plus forts et ne doivent surtout pas s’en excuser ou s’en cacher ! Au contraire ! Cette supériorité manifeste doit se retrouver dans leur discours officiel.

Il faut arrêter la fausse modestie et jouer la carte de la condescendance et de l’arrogance, car ils sont légitimes à la jouer. La communication du club doit se calquer sur le modèle de celle de son ancien avant-centre Zlatan, qui a plus que personne placé Paris au centre des débats, au delà du cadre du football. Avec lui, pas de raillerie, on l’aime parfois, on le déteste souvent mais on le respecte quoi qu’il arrive. Que le club arrête d’avoir peur d’avoir des personnalités clivantes, c’est ce qui fera sa force. Paris doit assumer être l’objet de la détestation des supporters adverses et doit s’en nourrir.

Comme le Bordeaux de Bez, l’OM de Tapie ou l’OL d’Aulas, Il vaut cent fois mieux être détesté qu’être méprisé comme l’a été le PSG ces dernières saisons. Paris ne doit chercher à être aimé à tout prix mais à être craint. Il ne sera jamais Monaco, Saint-Étienne ou Nantes, il lui faudra forcer le respect des supporters à travers des exploits sportifs incontestables. L’adhésion de la France du football ne viendra que des résultats. Et c’est souvent en affirmant sa force que l’on arrive à s’en convaincre réellement et à la démontrer sur le terrain.

Si le sport de haut niveau exige de l’humilité, il réclame également des certitudes et de l’affirmation, ce n’est pas en se faisant tout petit que l’on devient grand. Le PSG doit enfin le comprendre et hausser le ton, n’en déplaise à ses détracteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *